Musique du Dernier Panache

​Immersion sonore en ultra haute définition

Musique du Dernier Panache

%TRADUC%
L’effet d’immersion n’est pas seulement apporté par les vidéoprojections qui recouvrent panneaux et proscenium (espace entre les tribunes et les panneaux), mais aussi par le son propre à embarquer le public au cœur de ce spectacle en mouvement. Pour cela, l’espace sonore a été conçu afin que le son suive le mouvement de rotation de la tribune sans que cela soit perceptible (et indispose le spectateur). Et ce, avec des enceintes demeurant fixées au plafond.

Pour cette diffusion multidimensionnelle, le Parc a fait appel à L-Acoustics et à son tout récent et performant système multicanal L-Isa. Lequel interprète les valeurs (en degré) de la position de la tribune et fait virtuellement tourner en fonction, via son processeur, les 24 points de son, à savoir 24 enceintes L-Acoustics (des Arcs de la gamme wi-fi), accompagnées de 18 Sub SB18 fixés entre les points de son et, sous la tribune tournante, une piste de SB28.

« Le logiciel de L-Isa permet aussi de positionner les sources dans un espace à 360 °, de jouer en temps réel avec les paramètres Pan, Distance et Width. La manipulation se montre très intuitive – le logiciel est compatible avec Pro Tools – et le processeur L-Isa peut traiter jusqu’à 96 canaux audio (96 kHz) », tient à préciser l’ingénieur du son Samuel Briand.  

L’enregistrement de la bande son signée par le compositeur suisse Nathan Stornetta a eu lieu à Prague avec le Prague Symphonic Orchestra et au Puy du Fou (pour les instruments ethniques). Le mixage, qui a duré trois semaines, s’est effectué dans le propre studio du Parc où ont été reproduites, en version miniature, les 24 pistes de la salle (via des 8XT de chez L-Acoustics), puis directement dans la salle par Samuel Briand sur une console Digico SD10 (doublée par une SD10 RE) reliée au réseau Optocore.

À noter que la bande son, qui a suivi une chaîne en 96 kHz, est lue par deux magnétos Ovation de chez Merging (un principal et un de secours), lesquels gèrent pas moins de 54 pistes dont les traductions en 6 langues, le time code, etc. « Nous avons ajouté 24 pistes supplémentaires de secours au cas où le processeur de L-Isa tomberait en panne. Nous avons aussi une version préenregistrée de la rotation de la tribune. »

Au même titre que tous les autres composants du spectacle, l’espace sonore est amené à se peaufiner au fil du temps et des réactions du public qui, pour l’instant, ne tarit pas d’éloges au vu des premières représentations. http://www.sonovision.com/univers/item/le-dernier-panache-en-immersion-au-puy-du-fou.html

Musique du Dernier Panache

fINAL